FERMÉ

Une histoire comme ça (2014) - Gabrielle MAKLI

Cliquez pour agrandir l'image
Première de couverture

Cliquez pour agrandir l'image
Quatrième de couverture

Gabrielle MAKLI

Gabrielle MAKLI est née à Suresnes, en 1952, dans la banlieue parisienne. Elle y a vécu jusqu'à son 21ème anniversaire. Son premier mariage l'a transplantée en Alsace où elle vit et travaille depuis. Elle est mère de 3 filles et grand'mère de 2 petits enfants.

Toutes les lectures de son enfance, de son adolescence qui l'ont traversée, bousculée, fictions, romans, récits, ont imbibé ses jours - parfois ses nuits - comme une bruine bienfaisante et entretenu son terreau intérieur.

Elle se destine d'abord à une carrière artistique, devient décoratrice, puis en 1986, fonde avec son second mari, une société d'aménagement d'espaces professionnels et privés, basée sur la diffusion de mobilier design et contemporain, sise à Zellenberg depuis 2007. Sans manquer de se passionner pour le théâtre, le cinéma, la danse, le dessin et la lecture. Tout (ou presque) ce qui lui tombe sous les yeux est pur plaisir. Selon elle, Victor Hugo est Le Maître en la matière, excusez du peu. Celui qui domine le monde des belles-lettres ; il n'y a personne au-dessus ! affirme-t-elle. La liste de ses auteurs préférés serait trop longue pour être contenue dans ces quelques lignes … Néanmoins, elle assure que certaines œuvres ont été des étapes déterminantes et tiennent une place importante dans la construction de son identité. La lecture du Journal d'Anne Franck a été essentielle, comme plus tard, 'Les Mots Pour Le Dire' de Marie Cardinal, 'Le Journal A Quatre Mains' des sœurs Groult. Des chocs successifs. Colette, Victor Hugo, Molière, Daudet, Zola, Maupassant se sont invités … à son chevet, le plus souvent ! dit-elle avec un clin d'œil. Puis ont suivi, dans le désordre de ses envies, de ses coups de cœur Jean D'Ormesson, Georges Simenon, Marguerite Duras, Stephen King, Toni Morrison, Patrick Modiano, Fred Vargas, Jean Teulé et tant d'autres … La lecture d'Un Cœur Glacé' d'Almudena Grandes a été décisif. C'est comme ça que je voudrais écrire, a-t-elle décidé en refermant la dernière page de cette saga impressionnante !

Son goût de l'écrit, qu'elle réservait avant tout aux êtres chers, aux amis, l'amène par jeu, à participer à plusieurs stages d'écriture. La narration, la recherche du mot vrai, de l'expression sincère, de la formule qui va traduire l'émoi au plus juste est un vrai labeur, un travail d'horlogère, un ouvrage de dentellière … La tournure qui fait mouche éclot parfois en bas de page, par surprise ; elle vient s'ajouter aux annotations glanées au long des jours, des mois, des années.
L'écriture a toujours titillé Gabrielle MAKLI ; elle ne s'était pas accordée jusque-là le temps nécessaire pour enfin s'exprimer et s'épanouir dans cette activité.
Si elle sort un son premier livre à plus de 60 ans, faut-il s'interroger sur cette vocation tardive ? Mieux vaut tard que jamais, réplique-t-elle Et pourquoi pas ? Pourquoi cesser de 'participer' ? Je veux continuer à vibrer, …rester vivante en somme ! Certes, nous sommes nombreux à taquiner cette muse exigeante ; en être conscient(e) c'est rester modeste, c'est accroître l'envie de lire par-dessus les épaules des Géants de la Littérature. Ecrire pour ne pas regretter de partir trop tôt, sans avoir pu raconter, sans avoir exhorté les anges (ou les démons) qui soufflent les mots dans votre tête ?

Sa devise : Être toujours prête à se lever, … et applaudir à tout ce qui bouge !

Le travail de Gabrielle MAKLI est lent, parfois besogneux, méticuleux. Quand sa situation professionnelle devient intrusive et réclame toute son attention, un contrepoint se tend entre activité dynamique vitale et envie de solitude, de concentration. Ce qui lui semble absolument essentiel dans le travail d'écriture, ce sont les modalités descriptives, les retranscriptions cruciales qui composent et articulent les éléments d'une narration, témoignant ainsi des évènements passés ou d'une envie de transmettre, tout simplement. Elle part du principe inébranlable que chaque individu porte en soi une histoire singulière, qu'il suffit, avec les mots essentiels, à mettre en lumière. L'écriture est à la portée de chacune et de chacun, conclut-elle. Elle provoque à la fois du bonheur et de la souffrance. L'écriture est une douleur. C'est aussi un accomplissement. C'est à la fois un travail et un jeu. On ne peut s'en emparer qu'avec honnêteté et sincérité.

Une Histoire Comme Ça - Septembre 2014
Son premier roman. Une histoire à tiroirs combinant faits réels et pure fiction. Un roman qui mêle et entremêle des destins ordinaires ; ça débute dans les tranchées en 14/18 et finit en 2000, dans la mémoire d'un vieux monsieur. Une histoire simple, ordinaire, agitée par
"Ces bourrasques politiques qui viennent sceller les destins individuels et révéler les caractères"  (Nina Companeez)
Commandez l'oeuvre
Commandez l'oeuvre
Cliquez pour agrandir l'image

Gabrielle MAKLI

Extrait.pdf

Version Papier

Format A5
128 pages
ISBN    978-2-3720-1028-3
EAN      9782372010283

Version électronique au format PDF

Format A5
128 pages
ISBN    978-2-3720-1029-0
EAN      9782372010290



Copyright © 2014 - 2021
Tous droits réservés.
Reproduction interdite
SIRET : 793 213 000 00011 - APE : 5811Z
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
Réalisation : Dominique TISON
Courriel : dominique.tison@gmail.com
Dernière mise à jour : jeudi 4 mars 2021